<iframe src="https://www.googletagmanager.com/ns.html?id=GTM-TT59L2" height="0" width="0" style="display:none;visibility:hidden"></iframe> Être maître de votre bureau : régler hauteur, température, climatisation et lumière de façon personnalisée

Être maître de votre bureau : régler hauteur, température, climatisation et lumière de façon personnalisée

Il fait trop froid ou justement trop chaud au bureau ? La lumière est trop intense ou peut-être trop faible ? Pour de nombreux employés, c’est un problème bien connu. C’est la raison pour laquelle Ahrend, créateur d’espaces de travail stimulants, présente au salon professionnel Vakbeurs Facilitair (du 25 au 27 janvier) à Utrecht le Poste de travail Confort révolutionnaire.

  • Définir à un niveau individuel le chauffage, le refroidissement, la hauteur et la lumière ;
  • Faire des économies sur la consommation d’énergie et améliorer la satisfaction, la santé et le confort ;
  • Les collaborateurs trouvent souvent le climat ambiant désagréable et cela conduit à des problèmes de confort, moins de productivité et aux « syndromes du bâtiment malsain ».

 

Il fait trop froid ou justement trop chaud au bureau ? La lumière est trop intense ou peut-être trop faible ? Pour de nombreux employés, c’est un problème bien connu. C’est la raison pour laquelle Ahrend, créateur d’espaces de travail stimulants, présente au salon professionnel Vakbeurs Facilitair (du 25 au 27 janvier) à Utrecht le Poste de travail Confort révolutionnaire. Avec le Poste de travail Confort, l’employé de bureau pourra lui-même régler la température, la hauteur de son bureau et la lumière de façon biodynamique et personnalisée.

Avec le Poste de travail Confort révolutionnaire, le confort et la satisfaction de l’utilisateur augmentent grâce à un passeport numérique avec lequel il ou elle pourra définir ses préférences. L’idée est que cela ait un effet bénéfique sur la productivité et l’absentéisme. Cela produira également une économie d’énergie importante : jusqu'à 24 % sur le chauffage et jusqu'à 45 % sur le refroidissement. Cette économie est due au fait que seuls les postes de travail effectivement utilisés sont climatisés – contrairement aux installations climatiques classiques. Le caractère unique de cette innovation est que tous ces éléments sont pleinement intégrés dans le poste de travail lui-même.

Continuer d’innover
En mars de cette année sera lancée la phase pilote du projet dit « TKI ImPeKt » (ImPeKt : Implementatie Persoonlijk Klimaat ou Mise en œuvre personnalisée de la climatisation). Dans ce projet, Ahrend développe et teste, en collaboration avec Abel Delft, Trilux, TNO, TU Delft, ING et Sodexo, un prototype d’un système de climatisation personnalisé. Le projet ImPeKt est réalisé avec des subventions du secteur majeur de l’énergie du Ministère des Affaires économiques. Peter Veer, directeur général de l’Ahrend Group : « Nous continuons d’innover pour rendre l’environnement du travail plus agréable aux utilisateurs de bureau. Voilà encore une autre grande étape dans la personnalisation du poste de travail. Notre objectif est de rendre l’environnement de travail pour tout le monde aussi sain et confortable que possible. » 

Réclamations des employés
Une enquête de TNO indique que 24 % des employés aux Pays-bas trouvent le climat ambiant au travail « désagréable », tandis que 32 % pensent que la température est difficile à régler. En outre, il y a de plus et plus de bureaux en « open space » où les utilisateurs n’ont aucune influence sur le climat. Un climat général conduit régulièrement à des plaintes en termes de confort chez les collaborateurs. Les utilisateurs qui trouvent avoir peu ou aucun contrôle sur la température sur le lieu de travail, pensent être 6,3 % en moyenne moins productifs. Cela ressort de la récente publication de la thèse de doctorat d’Ir. Atze Boerstra. Ils ont aussi, en moyenne une fois et demie plus de « syndromes du bâtiment malsain ». En outre, le fait de pouvoir régler tant le niveau que la couleur de la lumière, selon Lighting Europe, affecte la santé et le bien-être de l’employé. Il est donc prévu que cela conduise à des performance au travail plus élevées, moins d’erreurs et moins d’absentéisme.